Quel est l’impact pour les automobilistes ?

Le gouvernement français va mettre en place la directive européenne du 3 janvier 2014 concernant le contrôle technique (2014/45/UE) qui a pour objectif « Zéro décès » dans les transports routiers pour 2050. À partir du 20 mai 2018, le contrôle technique sera beaucoup plus rigoureux. L’objectif est d’uniformiser l’état des véhicules d’occasion à l’échelle européenne et la France veut montrer l’exemple.

Les conséquences pour l’automobiliste sont très importantes. Aujourd’hui, de multiples points sont contrôlés pour un prix moyen de 65€. À l’issue de ce contrôle, 124 défaillances, appelées « défaillances majeures » obligent l’automobiliste à réparer son véhicule avant une contre visite deux mois plus tard.

À partir de 2018, le nombre de défaillances majeures passera à plus de 400, toujours à réparer dans un délai de 2 mois. Mais la grande nouveauté est la « défaillance critique » qui est un défaut grave et qui entraîne une réparation obligatoire dans les 24h sous peine d’une amende de 135€ et de la confiscation de la carte grise. Les défaillances critiques seront au nombre de 246.

Augmentation des tarifs

La prestation actuellement à 65€ en moyenne risque de voir son prix doubler. Les employés des centres de contrôle technique seront obligatoirement diplômés d’un Bac Pro.