Les français sont nombreux à se tourner vers le marché de l’occasion afin de remplacer un véhicule trop âgé, pour gagner en confort ou en fiabilité sans pour autant sacrifier leurs économies. Tous les ans, le marché des véhicules d’occasion représente entre 4 et 6 millions de véhicules achetés.

Comment éviter les arnaques ?

Acquérir un véhicule moins cher que sur le marché du neuf et ne pas subir la décote de la première année motive beaucoup d’automobilistes à acheter des véhicules d’occasion. Il est nécessaire de faire preuve de vigilance afin d’éviter les arnaques.


1) Tout d’abord, soyez attentif à l’état du véhicule.

En effet, un véhicule d’occasion est par définition, un véhicule qui a déjà été utilisé. Celui-ci peut avoir été accidenté, avoir subi des transformations ou ne pas avoir été entretenu correctement. Il faut donc être vigilant sur :

   - La carrosserie: y a t-il des différences de teintes sur la peinture, des accrocs etc.
   - L’intérieur du véhicule : quel est l’état des sièges, du sol, des portières etc …
   - La mécanique : vous pouvez vous faire accompagner d’un proche ou d’un garagiste pour un premier avis
   - Les factures et le carnet d’entretien sont des éléments importants à vérifier. Pensez à comparer le compteur kilométrique avec le kilométrage indiqué sur les factures fournies.


2) Ensuite, prenez votre temps !

L’achat, surtout d’un véhicule d’occasion, n’est pas un acte à faire à la va-vite. Il faut savoir qu’il n’existe pas de droit de rétractation pour l’achat d’une occasion à un particulier, excepté un recours pour vice caché. Il est donc conseillé de prendre son temps pour signer la transaction. L’UFC Que-Choisir recommande de consacrer au moins 30 minutes à l’examen du véhicule et ce en plein jour. N’oubliez surtout pas de faire un essai sur route afin de tester le bon fonctionnement du véhicule.


3) Vérifier les documents relatifs au véhicule.

Notamment le procès verbal du contrôle technique daté de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans ; le certificat de déclaration de cession ; la carte grise originale barrée, signée et complétée de la mention « cédé ou vendu le... »  et enfin le certificat de non-gage établi depuis moins d’un mois.


4) Le code de cession :

Désormais, pour l’obtention d’une carte grise, la démarche se fait par internet. Certains sites tels que celui de l’ANTS (Agence Nationale des Titres Sécurisés) vous demanderont le code de cession. C’est le vendeur qui doit vous le fournir, il est valable 15 jours pour mettre la carte grise à votre nom.


Si vous vendez votre véhicule, vous pouvez télécharger gratuitement le CERFA « Déclaration de cession » pré-rempli sur notre site : www.cartegrise.fr